Ticket de caisse - Un livre + Un film Boutons de défilement
Ticket de caisse

Roman
Collection Ceriselles
Anne-Laure Mahé

192 pages - ISBN 978-2-914908-36-8
Sortie 15 mai 2007

Le livre seul : 14 Euros

Le livre + le film dans l'édition collector : 21 euros

-- L'amour est un business comme les autres --
Présentation :

2030 : Depuis que le taux de célibat s'est envolé, l'amour est devenu l'affaire des politiques et des pouvoirs publics. Mais malgré la création de l'Agence nationale pour les cœurs, personne ne parvient à enrayer ce chômage du cœur endémique. Lilith Putien entre dans le monde du love business.

Elle part en quête du grand amour, comme on part en chasse du CDI parfait. Son aventure sera longue et semée d'embûches. Elle découvre le marché du cœur où l'éphémère fait loi, alors que l'obsession de la population est la lutte contre la précarité.
Une histoire insolite, pleine d'humour noir, rythmée par les voix de ceux qui ont croisé Lilith Putien dans sa quête amoureuse.
Extrait :

Est apparue une belle fille, droite comme une statue, en maillot de bain, qui tenait dans les bras des boîtes de cassoulet et de confits de canard, avec à ses pieds, du foie gras entier. Ça tombait bien : à la maison on adore les produits du Sud Ouest et le foie gras, on le garderait pour Noël. Tout le monde a applaudi. On m'a tendu le micro. «Vous êtes satisfaite ?» a demandé l'animatrice. J'ai dit que ça me faisait bien plaisir. «Et la jeune femme, vous allez l'offrir à qui ?»


Là, j'ai cru que c'était une blague, alors j'ai bien ri. L'animatrice a insisté : «C'est pas tous les jours qu'on reçoit une belle femme en cadeau ! Vous devez être bien contente.» Tout le monde souriait, sauf moi, tout d'un coup. Parce qu'à ce moment-là, j'ai compris que la poule garnie, c'était la dame.
Le mot de l'auteur :

Je suis étonnée au jour le jour des inventions commerciales que l'on trouve sur le marché florissant du couple en devenir et choquée de la stigmatisation croissante en parallèle du célibat. Ce sentiment a fait naître en moi, il y a quelque temps, l'envie d'affûter ma plume pour me donner la joie de faire une satire du système. C'est là que j'ai pensé à mon personnage de Lilith Putien et à sa percée initiatique dans un monde qui grossit les traits de notre société.


Puisque ma marotte littéraire est de travailler sur plusieurs points de vue, je me suis plongée dans le langage de nombreux personnages différents, tous reliés par le fil de l'héroïne. J'ose croire encore que la littérature puisse être assassine et légère en même temps.
Le synopsis du film de Cédric Fontana que l'on peut avoir en DVD en collector :

2050, John Rilke, journaliste à l'origine d'interviews sur Lilith Putien en 2030, pense que ces anciens entretiens filmés sont la pierre d'angle qui explique en partie la perte totale de sentiments dans la société dans laquelle il vit. Perdu au milieu d'un dédale d'archives, la lecture d'un article de journal le pousse à visionner à nouveau ses archives. Il est scandalisé par l'histoire de cette jeune fille avalée par un monde obsédé par la précarisation, donc le célibat, et qui fit du couple un système professionnel et une valeur politique, pour lui assurer une belle longévité.



Tout en visionnant les morceaux marquants de son documentaire, il cherche les restes d'une humanité a priori perdue, dans un silence, un regard, l'aveu d'une culpabilité, un reste d'amour ou de tendresse. La fin du film nous dévoile son lien, toujours actuel, en 2050, avec Lilith Putien, qu'il voit comme le symbole d'une société qui veut tout maîtriser.
Critique de Media-G

Le parcours épuisant d’une demandeuse d’emploi amoureux, lesbienne, dans une société formatée, au sein de laquelle les relations humaines n’existent plus. L’idée est originale, le concept flippant. Où l’on s’aperçoit qu’à n’y prendre garde, le mercantilisme et la société de consommation viendront un jour tuer toutes les valeurs « non marchandes ». Anne-Laure Mahé vient se – nous – poser la question de savoir ce qu’il adviendrait du monde, en général, et de l’individu en particulier si l’amour faisait partie d’une chaîne de rapports purement économiques entre êtres humains. Où l’amour, devenu source de rentabilité, viendrait à être privatisé et/ou nationalisé, légalisé, décrété, encadré, modifié, renouvelé, épaulé, standardisé et financé par l’Etat. Où l’amour pourrait être géré comme une start-up individuelle ou comme une PME, sans faire intervenir le sentiment, le désir et la passion. Juste ce qu’il faut de compétences en gestion de la vie quotidienne et de la vie à deux. Juste la négation de l’individu, transformé pour les besoins de la société en pur produit de marketing dont on vante les mérites à la télévision, dans les médias ou dans les cabinets de recrutement.
Dans un style limpide, oscillant volontairement entre la rigidité des courriers administratifs et le langage incisif et efficace des managers d’aujourd’hui, l’auteure pointe du doigt cette menace de robotisation automatique de l’Homme mis au service de la productivité. A grands coups de contrats nouvelle débauche du cœur (CNDC) ou d’emploi jeune solidarité du cœur (EJSC), pour ne citer que deux exemples — laissons au lecteur le soin de découvrir tout le dispositif légal mis au service de ceux qui veulent trouver et entretenir leur amour ! — elle souligne la propension de notre société à se laisser avaler par la précarité et à se laisser diriger par des formules contractuelles miracles toutes faites.


Un clin d’œil ironique, au passage, sur nos contrats d’aide à l’intégration, nos contrats nouvelle embauche, etc. Une critique de nos médias qui cristallisent déjà, aujourd’hui, le corps humain comme un produit « à entretenir ».
Et si cela était, un jour ? Aurions-nous le choix ? Ne nous laisserions nous pas avaler par le système, comme Lilith Putien ? Ou ferions-nous partie de ces Objets Professionnels Non Identifiés (OPNI) qui s’opposent au développement et aux dérives du marché du cœur ?
Car tel est le message de ce pamphlet, qui ressemble, quelque part, à une fable de La Fontaine version moderne : la liberté de choix de l’Homme. Se laisser contaminer par la fièvre productiviste exempte de toute âme, ou défendre la valeur fondamentale et vitale qu’est l’amour. En ce sens, Lilith Putien retrouvera le sens de sa vie à la dernière page du roman, frappée d’un coup de foudre pour une autre femme. Après tant d’année d’investissements à fonds perdus pour enrichir son C.-V. amoureux, elle ne s’en remettra pas.

ISBN : 2914908369

Auteur préface : Frédérique Pagnon

Rapport à l'homosexualité : Les relations de couples homosexuels et hétérosexuels dans un futur proche.

Bio auteur : Anne-Laure Mahé a publié deux romans (360 rue des Degrés, 2002 ; Ca se finit comment ? 2005) et des nouvelles collectives (Belles d’Epoque, 2004 ; Gris-Gris, Fétiches et Porte-Bonheur, 2006).
TICKET DE CAISSE
le nouveau roman d’Anne-Laure Mahé
192 pages - Collection Ceriselles - 2007
Livre seul : 14 euros - ISBN 978-2-914908-36-8
Collector (livre + film DVD) : 21 euros - ISBN 978-2-914908-40-5

Cet OVNI sur le marché du livre, imprimé sur papier recyclé, sans date limite de consommation,sera présenté dans les bacs non réfrigérés des librairies à partir du 2 mai

Présentation du livre :
Pratiquez-vous le Love Business ?

2030 : Depuis que le taux de célibat s’est envolé, l’amour est devenu l’affaire des politiques et des pouvoirs publics. Mais malgré la création de l’Agence nationale pour les cœurs, personne ne parvient à enrayer ce chômage du cœur endémique. Lilith Putien entre dans le monde du love business. Elle part en quête du grand amour, comme on part en chasse du CDI parfait. Son aventure sera longue et semée d’embûches. Elle découvre le marché du cœur où l’éphémère fait loi, alors que l’obsession de la population est la lutte contre la précarité.
Une histoire insolite, pleine d’humour noir, rythmée par les voix de ceux qui ont croisé Lilith Putien dans sa quête amoureuse.

Critiques :
Media G : « L'idée est originale, le concept flippant. Dans un style limpide, oscillant volontairement entre la rigidité des courriers administratifs et le langage incisif et efficace des managers d'aujourd'hui, l'auteure pointe du doigt cette mencace de robotisation automatique de l'Homme mis au service de la productivité. Une critique de nos médias qui cristallisent déjà, aujourd'hui, le corps humain comme un produit "à entretenir". Et si cela était, un jour ? Aurions-nous le choix ? Ne nous laisserions-nous pas avaler par le système, comme Lilith Putien ? Ou ferions-nous partie de ces Objets Professionnels Non Identifiés (OPNI) qui s'opposent au développement et aux dérives du marché du coeur ? Car tel est le message de ce pamphlet, qui ressemble, quelque part, à une fable de La Fontaine version moderne ; le liberté de choix de l'Homme. Se laisser contaminer par la fièvre productiviste exempte de toute âme, ou défendre la valeur fondamentale et vitale qu'est l'amour. »

Lesbia Mag : « Anne-Laure Mahé, dans une légère anticipation (son histoire se passe en 2030), nous plonge dans la recherche de l'âme soeur vue comme une carrière à mener. Les moments sont nombreux où l'on se tord de rire. Bref, c'est loufoque et c'est une parabole du monde du travail qui à certains égards fait penser au Couperet de Donald Westlake. Vraiment excellent. »

Têtu : « Remarquée pour son premier roman 360, rue des Degrés, Anne-Laure Mahé s'amuse aujourd'hui avec la société de consommation. Caustique. »

Le mot de l'auteure : " Le sujet de Ticket de Caisse m'est venu de l'air du temps... car c'est aujourd'hui difficile de vivre d'eau fraîche mais facile d'écrire de l'air du temps. Il suffit d'observer pour imaginer.
Je suis étonnée au jour le jour des inventions commerciales que l'on trouve sur le marché florissant du couple en devenir et choquée de la stigmatisation croissante en parallèle du célibat. Ce sentiment a fait naître en moi, il y a quelque temps, l'envie d'affûter ma plume pour me donner la joie de faire une satire du système. C'est là que j'ai pensé à mon personnage de Lilith Putien et à sa percée initiatique dans un monde qui grossit les traits de notre société. Puisque ma marotte littéraire est de travailler sur plusieurs points de vue, je me suis plongée dans le langage de nombreux personnages différents, tous reliés par le fil de l'héroïne. J'ose croire encore que la littérature puisse être assassine et légère en même temps. A ce titre, la verve ironique, voire acide d'un Voltaire m'inspire encore aujourd'hui. J'aime les auteurs engagés qu'ils soient critiques d'art à la Baudelaire, poètes anarchiste à la Ferré, observateurs de la société à la Zola ou de l'âme humaine à la manière de Gavalda. Les classiques aimaient plaire et instruire. Quatre siècles plus tard, je trouve cette devise littéraire très adaptée à notre monde. Je ne suis pas pour autant une littéraire, auteur et professeur, passéiste. Il me plaît d'aller fureter à droite et à gauche, dans les librairies ou sur le Buzz du Net, pour chiner de petites perles. " Anne-Laure Mahé

Pour les amateurs de LECTURES THEATRALES, venez profiter du talent de comédiens qui mettent en bouche des amuse-gueules textuels de Ticket de Caisse:

SAMEDI 26 MAI
LECTURES-DEBAT À 17H30
VIRGIN BARBES
15, BOULEVARD BARBÈS 75018 PARIS

Ticket de Caisse est aussi un film, inspiré du livre, réalisé par Cédric Fontana. Puisque Ticket de Caisse a pour cible la consommation, une édition collector réunit dans une barquette (de viande, eh oui!) le roman et le film de 45mns.
Si vous voulez vous faire votre avis, venez à la projection gratuite du vendredi 25 mai de 19h00 à 23h00 à la SACD 11 bis rue Ballu 75009. Invitation ci-dessous.

Si vous voulez avoir des informations plus précises sur les activités littéraires d'Anne-Laure Mahé et sur celles de La Cerisaie, voici deux adresses:
www.la-cerisaie.com
http://perso.orange.fr/anne-laure.mahe/Cybermag/   (Vous y êtes en ce moment...)

Extraits du livre :
" Chères lectrices, chers lecteurs, le documentaire que vous allez suivre réunit des interviews publiées dans les pages Portraits du quotidien La Poule Déchaînée, pour lequel je suis chroniqueur."
John Rilke Journaliste et écrivain
le 24 août 2032

L'ART DU CV - MAX
J'ai un Master, deux DEA, trois DESS.
Toujours major de promo.
Je suis polyglotte.
Je ne bois pas.
Je ne fume pas.
J'ai 28 ans.
J'ai une tare pour les employeurs, les employeurs professionnels, pas ceux du coeur : je suis Noir.
On me disait toujours: "Vous êtes surdiplômé pour cet emploi, M. Adelloua".
Surdiplômé, dans la langue française professionnelle, ça veut dire: Noir"

LE LPR - SANDRA
A la fin de l'entretien collectif, nous émargeons un feuille. Nous signons un autre papier. Il autorise Amour Toujours à vendre la cassette de cet entretien. Les médias adorent les Love Professionnal Recrutement, puisqu'ils réunissent les deux obsessions de la société: le couple et le travail et ses deux peurs majeures: le célibat et la précarité.
Je découvre trois mois après sur une chaîne publique que c'est la numéro 5 qui a obtenu le poste, Lilith Putien.
C'était la première fois qu'on parlait d'elle à la télé."

LA TOUTE PREMIERE FOIS - ANDREA
- Vous parlez peu, détendez-vous. Je vous impressionne, c'est ça? Plus jeune, à votre place, moi aussi j'étais impressionnée.
Oui, j'ai répondu oui...et...elle m'a embauchée!
Pour...le brasier... dans mes yeux... elle m'a dit un peu plus tard.
Au fond... c'était une romantique... elle a voulu croire que j'étais la bonne... parce que j'étais la première... sinon... d'autres candidates... elle aurait écouté d'autres candidates... Une logique amoureuse... elle suivait une logique plus amoureuse... que professionnelle..."

LE CCDI - CAMILLE
Il est vrai que nous avons contracté un contrat du coeur à durée indéterminée, avec une période d'essai de trois mois renouvelable une fois et que je me réjouissais de ce nouveau poste dans la société de Mme Putien, Valeur Sûre."

LE GRAND JEU DU SAMEDI CHEZ DENOTER - Mme DIEGÈSE
Est apparue une belle fille, droite comme une statue, en maillot de bain, qui tenait dans les bras des boîtes de cassoulet et de confits de canard, avec à ses pieds, du foie gras entier. Ça tombait bien : à la maison on adore les produits du Sud Ouest et le foie gras, on le garderait pour Noël. Tout le monde a applaudi. On m’a tendu le micro. « Vous êtes satisfaite ? » a demandé l’animatrice. J’ai dit que ça me faisait bien plaisir. « Et la jeune femme, vous allez l’offrir à qui ? »

CV d'Anne-Laure Mahé :
Formation : fait des histoires en continu
Expérience littéraire : CDD renouvelés en écriture et mise en scène : romans :360, rue des Degrés, Ça se finit comment ?, et nouvelles collectives : Le Début de la fin, Belles d’époques, Dessous divers, Gris-gris, fétiches et porte-bonheur.
Expérience personnelle : CDI de mère et d’amoureuse

Éditions de La Cerisaie
17 rue Beautreillis 75004 Paris
Tél. : 01 48 87 27 24
Fax : 01 48 04 58 95
www.la-cerisaie.com
ed.delacerisaie@alicepro.fr
  Compteur 08-00 Boutons de défilement